samedi 27 novembre 2021

Nature morte. Louise Penny.

Un livre qui se lit jusqu’à la 439 ième page, celle des remerciements qui confirment la chaleur communicative de l’Agatha Christie québécoise au début d’une série à succès : 
« Il fut un temps dans ma vie où je n’avais aucun ami, où le téléphone ne sonnait jamais et où j’ai cru mourir de solitude. Aujourd’hui, je sais que la véritable bénédiction n’est pas d’avoir fait publier un livre, mais d’avoir autant de personnes à remercier. » 
Armand Gamache, inspecteur-chef responsable des homicides s’installe avec son équipe d’enquêteurs dans le charmant village de Three Pines où le meurtre de la plus aimée des citoyennes vient d’être commis le jour de Thanksgiving. 
« Au sommet de la colline, Armand Gamache arrêta la voiture et en sortit. Il regarda les toits des maisons et imagina, en dessous, les gens bons, gentils et imparfaits qui se débattaient avec leur vie. Des gens promenaient leurs chiens, ramassaient les feuilles d'automne qui chutaient inlassablement, tentaient de devancer la neige qui tombait doucement. Ils allaient faire leurs courses au magasin général de M. Béliveau et acheter des baguettes à la boulangerie de Sarah. Olivier, debout dans l'encadrement de la porte du bistro, secouait une nappe. » 
Tous les ingrédients pour passer un bon moment avec un polar rural sont réunis: une communauté  et des personnalités se dévoilent avec son lot de fausses pistes qui ne découragent pas notre vigilance. 
« - Elles étaient très proches. Comme ça.Yolande tenta alors de croiser les doigts, mais, comme les ongles s’entêtaient à se heurter, son geste ressemblait à un match de lutte opposant des marionnettes digitales. » 
Poésie et humour ne nuisent pas à l’efficacité. 
« …j’ai préparé des muffins à l’eau de rose en hommage à Jane. Ensuite je les ai mangés, comme vous l’avez vu, je mange toujours ma douleur. Gabri sourit légèrement. Considérant la taille de l’homme Gamache s’étonna  de la quantité de douleur qu’il devait avoir. Et de peur peut être. Et de colère. Qui sait. » 
Des réflexions de bon sens jamais sentencieuses s’intercalent avec des maladresses qui en arrivent à être fécondes. 
« Souvent les plus affligés sont ceux qui manifestent le moins leur peine. Mais il savait aussi qu’il n’y avait pas de règle absolue. » 
Une psychologue devenue bibliothécaire parle d’un de ses anciens patients: 
«…  j’ai soudain compris. S’il ne changeait pas, c’était parce qu’il ne voulait pas changer. » 
Le titre évoque plutôt un genre artistique qu’un environnement dépourvu de vie, la vérité viendra de la peinture.

vendredi 26 novembre 2021

Générations.

La trouvaille publicitaire du mot « génération » adossé au label Mitterrand puis augmenté d’un point et d’un « s » a été liquidée par Benoit Hamon spécialiste en déconfitures. Avec le « Z » nous touchons à la fin de l’alphabet pour désigner le prochain ensemble de personnes du même âge arrivant sur le marché.
A en juger par les occurrences du terme sur ce blog même
il faut croire que son usage est coutumier. 
« Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante. » George Orwell
La distinction par âge est devenue un marqueur aussi débile et indélébile que la couleur de peau remise au goût du jour par les « racialisés » aux antipodes des « potes » de SOS racisme.
Sur le devenir de la terre, la distinction se claironne - « OK boomer » - pourtant ce sont bien les chenus jadis chevelus qui avaient dénoncé « la société de consommation ».
Les restrictions qu’avaient connues nos parents pendant la guerre nous faisaient sourire et nous prenions pour de la radinerie leur prudence quand s’avançaient les trente glorieuses à la pétaradante croissance.
Les rutabagas et topinambours ont mis du temps à devenir tendance.
Après des sixties rugissantes, nous étions plutôt fascinés par les drugstores et les gadgets en plastique, même si verbalement nous questionnions les modèles de développement.
Les propos prophétiques du Club de Rome (1972) se vérifient chaque jour. Que de temps perdu, à devoir refaire sempiternellement, candidement, les mêmes erreurs : l’urgence date de 50 ans. 
Mais qui sera décroissant ? Quand il fut question de taxer le gasoil, les verts sont-ils venus contredire les jaunes gilets ? Non, ils leur dressent des cabanes : cool ! Coule le courage.
Entré dans une nuit ayant épuisé toutes les nuances de gris, les chats ne se distinguent plus des chattes. Nous ne savons plus non plus nos âges. Et je trouve pathétiques mes conscrits, une fois leur jeunesse cramée, en train de se couvrir  la tête de cendres et flattant volontiers l’adolescent quand il fait péter les cours pour se la péter sur les boulevards. Et de culpabiliser! Bien que la frugalité nous fut familière entre ressemelages et raccommodages, pulls du grand frère et œufs pliés dans le papier journal rangés dans une boite à sucre. Le procédé n’avait pas besoin d’être validé par un master en recyclage. Il n’y avait pas «  Black Friday » chaque samedi.
Pourtant familiers des contradictions, me cisaillent ceux qui ne veulent pas d’enfants afin de préserver la planète pour mieux peut être la consommer en voyages.
Chez nous, les seuls, ou presque, à vouloir des enfants sont ceux qui ne peuvent pas en avoir, alors que dans le monde entier il est plutôt fait état de manifestations pour le droit d’avorter que pour réclamer des places en crèche. Oui le problème est bien celui de la surpopulation mais comment, depuis nos sociétés développées repues et vieillissantes, pouvons nous conseiller aux plus pauvres de freiner ?
Il est cocasse de constater qu’au moment où le chômage décroit, des journalistes en viennent à relativiser la valeur du travail. Ils travaillent eux, reliés au monde par le télétravail tout en jouant dans le camp « chacun pour sa gueule ». Le travail permet d’alimenter sa famille et la société dont on ne peut attendre tout sans un minimum de retour. Les commentateurs se font peur avec leur créature, leur confrère « Z », demandant aux autres de se calmer et activant les feux,  sans vision à moyen terme démontant un jour sans vergogne et sans excuses une pauvre footeuse avant une prochaine proie le lendemain.
Je milite pour la démocratie, mais aux abords des élections, les promesses à la pelle surchargent la barque : revenu universel, transports et électricité gratuits, diminution des horaires de travail et retraite anticipée, doublement des salaires et diminution des taxes, plus de nucléaire ni d’éolienne, tests COVID gratuits indéfiniment … 
« Un politicien ne peut faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu'il lui faut oublier. » Frédéric Dard.

jeudi 25 novembre 2021

"Pierre Bonnard les couleurs de la lumière". Sophie Bernard.

Une des commissaires de l’exposition «  Pierre Bonnard les couleurs de la lumière » qui durera jusqu’au 30 janvier 2022 présentait devant les Amis du musée de Grenoble, le peintre reconnu par Matisse comme le plus grand alors que Picasso pensait le contraire. 
Des terres Normandes en Méditerranée en passant par Paris et le Dauphiné nous partons sur les traces du sage coloriste.
« Pierre Bonnard à Deauville » André Rogi  
Du bon, du beau, du Bonnard a déjà eu droit de cité sur ce blog, cela évitera les répétitions.
Pour la première fois à Grenoble, 140 œuvres sont rassemblées. La place de « l’ingénu », peintre du merveilleux est interrogée : c’est un indépendant dont les couleurs magnifient le réel, et font vibrer les émotions. « Lac dans le Dauphiné » est pris on ne peut mieux dire, sur le vif.
« Le crépuscule ou la partie de croquet » sous influence «Nabie », aux aplats décoratifs, bascule dans le rêve avec quelques nymphes dans un coin.
Ses photographies mettent en relief des cadrages novateurs et une spontanéité rare. 
« Baignade» 1903. Il envisage l’éden Lempsiquois (du Grand Lemps) comme l’Arcadie en alternance avec les rues de Clichy étincelantes .
Des « chanteurs ambulants » témoignent de la vie au tournant du siècle précédent
et dans « La loge »  parisienne figurent ses marchands, les Bernheim, les rares hommes qu’il ait représentés sur ses toiles.
« En barque »  onirique, mélancolique, ne retient pas les lumières normandes, 
« Le pommier fleuri ou Le balcon à Vernonnet » exprime bien son idée : 
« L’art n’est tout de même pas la nature ! »
Passant de l’ombre à la lumière, « Le Paysage de Normandie » mène aux confins de l’abstraction,
dans «  Intimité » les volutes de fumée se fondent dans les entrelacs de la tapisserie,
et dans le bouillonnement des draps, la « Jeune fille aux bas noirs » dégage un tendre érotisme.
Le chat  de « La femme au chat » est étrange, si bien que le tableau s’intitule aussi: « Le chat exigeant ».
Les miroirs offrent des stratagèmes pour enchâsser des espaces différents, « La table de toilette ». 
«  Le principal sujet, c’est la surface qui a sa couleur, ses lois, par-dessus les objets »
« La toilette » scintillante épargne les ravages du temps à Marthe, son modèle, sa femme,
alors qu’il est plus sévère avec lui même dans son « Autoportrait dans la glace du cabinet de toilette ».
Le « Nu accroupi au tub » verse un tendre blanc nacré dans l’espace transfiguré de la salle de bain.
Nous ne dérangeons pas en entrant dans l’intimité de la bonbonnière, du « Nu au gant bleu ».
Une « Vue du Cannet » où il finira ses jours en 1947 à l’âge de 80 ans,  peut résumer toute la Méditerranée.
L'« Intérieur blanc » fusionnant intérieur et extérieur irradie tellement qu’il faudra retourner le voir dans les collections permanentes pour décider si Marthe y est absente ou présente,
comme dans « L’atelier aux mimosas », ode au jaune où pulse la lumière.
Pour compléter le voyage, un tour sur Internet permet de visualiser la transfiguration permise par le génie du peintre en comparant les pièces charmantes de sa villa  « Le Bosquet » aux espaces qu’il a ouvert, sur une recherche inassouvie.  
« C'est encore la couleur, ce n'est pas encore la lumière. » 
Son vœu est pourtant exaucé : « J'espère que ma peinture tiendra, sans craquelures. Je voudrais arriver devant les jeunes peintres de l'an 2000 avec des ailes de papillon. » 
Et au-delà.

mercredi 24 novembre 2021

Belfort.

Nous abandonnons La chapelle de Ronchamp 
à un autre groupe non prévu et partons pour Belfort la fortifiée, passage entre le Jura et les Vosges, à une vingtaine de km seulement.
Arrivés chez notre logeur, l’immeuble ne paie pas de mine ainsi que la montée d’escalier mais en haut des 5 étages, une fois les clés extraites grâce au code, nous pénétrons dans un joli petit studio sous les toits, propre et rénové. A peine nos bagages déposés, nous programmons le GPS pour nous rendre à pied au centre-ville. Il nous indique un raccourci à travers une petite colline dans la verdure et dans des passages souterrains, restes de fortification.
Malgré le manque de précision de la carte numérique puisqu’il n’y a que de vagues sentiers, nous parvenons à la citadelle, tombant presque nez çà nez avec le fameux lion que nous découvrons par le côté.
De là nous descendons vers la place aux armes à la cathédrale Saint Christophe et en priorité vers l’office du tourisme avant l’heure de fermeture.
Nous y obtenons de justesse les documents  sur la ville d’une jeune fille heureusement pour nous, retardée par ses bavardages téléphoniques. 
Pour les étudier tranquillement, nous nous attablons à un bar face à la cathédrale près 2 grands bacs carrés de sable pour les enfants, constituant une espèce de "Belfort plage". Le circuit de la ville nous conduit
- d’abord  place de la République où s’élève le monument des trois sièges de Bartholdi,
- puis vers le boulevard Carnot, parsemé d’anciennes photos plaquées sur de beaux immeubles, les représentant avec leur commerce d’origine souvent plus élégants que ceux qui les ont remplacés.
- Sur  l’autre rive de la rivière nommée « Savoureuse », Ernest Pignon Ernest a recouvert un mur aveugle d’une fresque. 
Il y figure 47 personnages germaniques ou latins, peints grandeur nature, que nous nous amusons à identifier. Freud, Beethoven, Robespierre, Voltaire, Simone Veil, Berlioz, Wagner, Dürer, Rimbaud,..  illustrent les 2 civilisations dans le désordre des époques et la variété des domaines de compétence.
- Nous revenons sur nos pas, traversons la passerelle des arts pour rejoindre la place de la révolution dotée d’une pyramide bleue « Klein » contemporaine de Pierre Baey,
- et terminons sur le parking de l’arsenal qui offre le meilleur point de vue sur  le lion en grès rose de Bartholdi, l’emblème de Belfort. 
Après avoir regardé quelques cartes de restau, à la recherche d’une petite salade légère et rafraichissante, nous optons pour un établissement Place aux armes, servis à l’intérieur  par manque de place en terrasse. On nous sert carrément 2 saladiers, remplis sans parcimonie d’aliments variés dont nous ne viendrons pas à bout et un verre de pinot noir d’Alsace. Le retour à pied, par la route cette fois-ci ne nous parait pas si long.
Au moment de nous  coucher, nous découvrons perplexes, un lit confortable mais sans drap ni housse de couette et nous nous contenterons d’une petite couverture en polaire.
 Au matin nous réglons ces petits désagréments pour lesquels nous apprécions qu’on nous crédite aussitôt de 20 € sur la location.
Avant de quitter Belfort, nous  faisons un détour par le marché couvert Frery. Il présente  pas mal de ressemblances avec les halles Sainte Claire de Grenoble. Dans le style Eiffel, ce bâtiment d’acier de verre et de briques expose  une élégante façade en 3 parties comme celle d’une cathédrale. Bien entretenu à l’extérieur, il subit actuellement une rénovation à l’intérieur fermé pour cette raison au public. 

 

mardi 23 novembre 2021

Agrippine déconfite. Claire Bretécher.

Huitième album de la série et dernière bande dessinée de la dessinatrice mais surtout dialoguiste hors pair disparue en 2010.
Il est question de la mort.« Elle a avalé son extrait de naissance, elle a plié son parapluie, elle a pris perpète ».
- Vulgaire.
- « Elle s’est évaporée dans la musique des sphères, elle est devenue feue, elle est entrée dans le sein d’Allah ».
- Ça se la pète. Yaka dire « elle est partie » comme tout le monde.
- Allons-y. C’est dérisoire mais ça fait clean. C’est couture. »
 
Les femmes de quatre générations sont toujours aussi ridicules et drôles dans leur tyrannique souci de coller à leur époque : l’arrière grand-mère tague sa résidence, la grand-mère achète des chaussures en Tatou stressé destinées à Agrippine qui est la seule excusable d’être autant victime de la mode. La mère redécouvre son attachement à son mari au moment de leur divorce. 
Jean Million minable intermittent du spectacle, la bonne portugaise qui se met aux façons de parler de ce milieu bobo sans perdre son accent et le petit frère en recherche de son identité sexuelle, complètent un tableau savoureux de nos ridicules contemporains.
Nous sommes désormais plus « Frustrés » que jamais tant l’humour de cette féministe nous manque. 

lundi 22 novembre 2021

Les Olympiades. Jacques Audiard.

Parti pour regarder de loin comment vivent les jeunes d’aujourd’hui, je me suis intéressé petit à petit à leurs histoires commencées dans le genre : «  je baise d’abord et après je vois ».
Les marivaudages entre prof s’éloignant de sa classe et télé conseillère se jouent en colocation dans un Paris des barres d’immeubles du 13° arrondissement.
Sous le noir et blanc dépaysant, la violence des rapports par écrans interposés passe à la complicité, et la désinvolture s’efface derrière les attachements ancestraux.
Le réalisateur est  bien servi par des acteurs nouveaux : la belle tragédienne Noémie Merlant,  le fraiche Lucie Zhang et le sympathique Makita Samba qui dynamisent cette comédie croisant comme souvent désirs et sentiments. 
En ce qui concerne la sélection à Cannes de cette adaptation de Bandes dessinée, genre que j’aime beaucoup sauf quand les intentions se voulant exhaustives s’avèrent démesurées, on aurait pu dire : « l’important est de participer ».