dimanche 17 novembre 2013

Juliette. Nour.



J’aime la chanteuse,  sa voix, ses choix, sa présence sur scène, son humour, son énergie.
Son dernier CD qui porte son nom : « Nour » comme Noureddine signifie « lumière » : celle qui la rassurait quand  petite, elle avait peur dans le noir et qu’elle choisira d’éteindre elle-même quand sa vie vacillera.
La gravité de cette belle chanson  tranche avec quelques potaches propositions voire une pochade telles « Légendes », « Les doigts dans le nez » qui pourrait avoir des parentés avec Pierre Perret.  De même « Jean Marie de Kervadec » de François Morel  parodie des chants de marins : il faut « monter à la misaine » et « virer au guindeau » alors  qu’il s’agit seulement d’aller au Super U qui ne rime pas seulement avec jambon cru.

Et je m'amuse à voir du le Forestier dans « Le petit musée » nostalgique, des rythmes de Laviliers en plus drôle dans « Belle et rebelle » plutôt que « moche moche et remoche »,  des accents d’Anne Sylvestre avec « Une petite robe noire » à propos des violences dont sont victimes les femmes. 
« La veuve noire » qui n’arrive pas à occire son mari malgré ses nombreuses tentatives est marrante.
« Le diable dans la bouteille » a été beaucoup entendue et a perdu ainsi un peu de sa saveur comme ces pubs qui vous surprennent la première fois et vous lassent quand on ne voit plus qu’elles.
Mais celle où Juliette est elle telle qu’elle me plait, s’intitule « L’éternel féminin », une bossa endiablée, au service d’un texte drôle sur un sujet essentiel :
« Regardez qui est là qui attise les flammes
Régnant sur les Enfers, le Diable est une femme !
Rien d'étonnant à ça ! Des brunes jusqu'aux blondes
Par elles sont advenus tous les malheurs du monde !
Le Diable est une femme et vous vous en doutiez :
La place d'une femme n'est elle pas au foyer ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire