samedi 1 mars 2014

Le goût de l’humour juif. Franck Médioni.

" C’est l’histoire d’un Juif et d’un autre Arabe. "
Pour rendre compte de la jubilation éprouvée lors de ses 145 pages, je ne trouve pas mieux que de citer une blague par chapitre, bien que le choix ait été difficile, tant le rappel de certaines, la découverte d’autres sont réjouissants.
Mais « Dieu a créé l’homme parce qu’il aime les histoires »
Ce livre au Mercure de France n’est pas qu’une simple compilation de blagues,  de surcroit quand dans la famille il y a Woody Allen, les frères Marx, Kafka, Tristan Bernard, Goscinny… l’intelligence est au rendez vous.
D’autres célébrités :
« Moïse : «  tout est dans la Loi »
Jésus : « tout est amour »
Marx : «  tout est argent »
Freud : «  tout est sexe »
Einstein : « tout est relatif »
Lorsqu’un Juif rencontre un de ses amis avec une pile de journaux antisémites et s’étonne : 
« Mais comment, tu lis ces horreurs ? »
« Bien sûr ! Quand je lis de la presse juive, il n’y a que des mauvaises nouvelles, des persécutions, de l’antisémitisme partout… Alors que dans ce journal, il est écrit que nous sommes les maîtres du monde et contrôlons tout … »
Concernant la famille, donc les mères, une brève:
« Quelle est la différence entre un terroriste et une mère juive ?
Avec un terroriste, on peut négocier. »
Dieu :
« Dieu, je sais que nous sommes ton peuple élu, mais ne pourrais-tu pas choisir quelqu'un d'autre pour changer un peu."
La religion :
« Une communauté honore son rabbi pour ses services depuis 25 ans en lui offrant un voyage à Hawaï.
Arrivé à son hôtel, il découvre une belle fille nue se trouvant sur son lit.
 Elle dit : "Bonjour, Rabbi, je suis un cadeau supplémentaire que le président de ta communauté t'offre…"
Le rabbi est hors de lui, énervé. Il prend le téléphone et appelle le président :
" Greenberg, où est le respect ? Je suis un homme de morale dans notre communauté. En tant que votre rabbi, je suis très fâché avec vous !!! "
La fille se lève et commence à se rhabiller. Le rabbi se retourne vers elle et dit :
 "Où allez-vous ? Je ne suis pas fâché avec vous…"
Pour gagner du temps à la frappe, je me suis mis à rechercher sur le web les histoires que j’avais aimées dans ce livre pour les copier/coller, mais lorsque j’en ai lu certaines, j’en ai que plus apprécié ce recueil, car la frontière est subtile entre l’autodérision et des plaisanteries qui craignent.
L’argent :
« Rothschild regrette de ne pouvoir donner davantage à Yankel, le shnorrer (le mendiant) parce que, le mois prochain, il marie sa fille.
 - Comment proteste le shnorrer, vous mariez votre fille avec mon argent ? »

La photo est de Dany Besset

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire