dimanche 27 mai 2018

Achterland. Anna Teresa De Keersmaeker.

Je ne savais rien avant cette représentation sauf le plaisir de spectacles précédents
que j’avais quittés en état de lévitation.
Alors plus dure a été la chute, même pas amortie par le fait d’apprendre qu’il s’agissait de la reprise d’une création de 90. C’est qu’en particulier concernant l’image de la femme, les temps ont changé, depuis que les porcs se sont fait charcuter. Le jeu avec les stéréotypes, petites culottes, talons aiguilles, a pris un coup de vieux. Et ce n’est pas en ridiculisant un incongru bonhomme sans pantalon aux mouvements de bassin pathétiques que les coups se rattrapent.
La chorégraphe nous a toujours enchantés par sa précision encore présente et aussi par la concordance des gestes avec la musique. Et là, les compositeurs György Ligeti peu délié et Eugène Ysaÿe aux sonorités très expressives pour elles-mêmes, ne facilitent pas la tâche, malgré d’excellents interprètes au violon et au piano.
Quand la musique s’arrête, les tapotements discrets ou les courses ténues parfaitement coordonnées nous font retrouver notre chorégraphe bien aimée.
J’ai tenté de prendre ma revanche sur mes camarades de MC2, lassés de Galotta qui présente aujourd’hui moins de danseurs courant sans cesse sur le plateau que ce soir.
Mais passer la moitié de l’heure et demie en installation de plateau avec danseurs couchés par terre m’a lassé tout en me rappelant des élèves friands de glissades dès qu’ils voyaient une surface lisse.
Les huit hommes et femmes se rejoignent parfaitement avec pour chaque tableau, l’un d’eux « à la bourre », mais ils paraissent solitaires et ne produisent guère d’émotions.
L’harmonie ne tient pas, le temps est long dans cette arrière pays daté.

1 commentaire:

  1. Ça fait très longtemps que je ne vais plus regarder de la danse.
    C'est curieux, mais je trouve qu'il y a comme un programme sournois pour tuer la musique et la danse dans ce pays.
    Cela doit aller de pair avec le programme sournois pour nous tuer en tant que corps.
    Oui, c'est dur, et extrémiste ce que je dis, et j'en suis consciente.
    Mais j'ai l'impression de le voir un peu partout dans la culture.. de l'élite ?
    Peut-être même pas seulement dans la culture de l'élite, d'ailleurs.
    Ça ne donne pas envie d'aller voir ces spectacles, et je n'y vais pas.
    Je reste chez moi. Cela me fait faire des économies, d'ailleurs.

    RépondreSupprimer