mardi 28 mars 2017

Tu mourras moins bête. Tome 3. Marion Montaigne.

 ... « mais tu mourras quand même ».
Il y a un site Internet, une adaptation en dessins animés sur Arte et plusieurs tomes de 250 pages de vulgarisation scientifique par la jeune créatrice du professeur Moustache.
Celui là s’intitule : « science un jour, science toujours ! ».
C’est aussi bien le genre de la revue dessinée : pédagote rigolote
Le dynamisme des exposés aurait-il gagné avec des dessins plus soignés ?
Depuis Reiser et ses traits crades, l’humour se lit, se lie volontiers avec la décontraction, alors va pour cet univers humoristique, instructif et exigeant  qui se garde bien d’en avoir l’air.
La communication des organes s’effectue avec le cerveau par SMS, les acariens sont lubriques, et à des questions fondamentales les réponses sont documentées:
« Pourquoi ça fait mal un coup dans les bijoux de famille ? »
« Comment perdre son gras ? »
Je connais des profs qui pourront être intéressées par l’explication de la mollesse des adolescents,
d’autres se sentir moins seuls quand des comportements homosexuels ont été repérés chez près de 1500 espèces,
et il n’y aura pas que des filles captivées par les règles,
ou des aspirants à l’éternité curieux de la cryogénie…
Même si on a passé l’âge de savoir si de passer le bac S, est une preuve de santé mentale,
ou si les séries médicales sont crédibles,
voire «  mange-t-on des araignées, quand on dort ? »
les questions posées sont toujours un bon prétexte pour aller au-delà des apparences, en souriant de bon coeur. 
C’est inutile de mettre du papier toilette sur la cuvette des toilettes
et le tunnel que voient ceux qui ont approché la mort est différent
des effets de la gueule de bois,
l’anatomie d’un poney peut révéler des possibilités insoupçonnées,
ainsi que l’œil des vaches qui recèle des indications sur son état de satisfaction.   
C’est vraiment bien.

1 commentaire:

  1. Bon... je crois que je l'éviterai...
    Ça me fait penser à l'époque où mon papa chéri voulait expliquer... mes comportements par la science positiviste. Je ne me laissais pas faire.
    Et je tiens trop à mes théories de la sexualité... infantile pour vouloir être déniaisée.
    On verra qui rira le dernier...

    RépondreSupprimer