mardi 6 septembre 2016

Expressions de par chez nous.

Exploitant le riche lexique dauphinois de ce site http://www.electriccafe.org/dauphinois/
j’ai relevé quelques expressions dont l'usage n’est pas forcément familier au-delà de Chabons ou de Moissieu sur Dolon.
D’abord, à tout seigneur, tout honneur :
un « ministre », je ne savais pas qu’il désignait un bouc pour une histoire digne de Fafois
La Marie avait acheté un ministre pour saillir les chèvres des voisins
- Tu n'as pas de place pour lui, dit un mauvais plaisant.
- Eh bien, je le mettrai dans ma chambre.
- Tu y penses pas, ça sent tellement mauvais.
- Oh, ça fait rien, faudra ben qu'il s'habitue !...
Et voici une compilation de ces expressions dont le sel s’est perdu parfois.
« Il ne veut pas que ce soit le dit.
Le Jacques vend son pré, ça va pas chercher loin.
Ç'aurait été un bon joueur s'il avait arrêté de faire le Jacques.
J'ai eu une chance à la belote, c'est affreux !
Depuis qu'il est à l'hospice, il va pas en prenant.
Pendant qu'on est après, on va finir.
Ce vieil arbre est si dur que je peux pas l'avoir avec la scie : il faudrait un passe-partout.
Je t'en baillerais, moi, de tripper le jardin !
Quand j'étais minot, j'allais en champs les vaches.
Je l'avais jamais vu colère comme ça !
Ces taches de cambouis sont bien parties. Maintenant, c'est plus de connaître.
Ça y est, il fait beau, il a dépaillé les cardons !
Quand je suis arrivé, le Dédé rentrait son foin... Je lui ai donné la main à finir.
Des fois qu'ils auraient oublié ?
Ça fait six mois qu'il fréquente la Dédée, ils vont sûrement se marier bientôt !
Depuis qu'il a trouvé cette bande de copains, le François rentre toujours à point d'heure !
Il est mais puis saoûl : il recommence à boire
Avec cette sècheresse, il y a peu de champignons : on va quand même tâcher moyen de trouver quelques trompettes pour faire une omelette.
On va prendre du souci, je voudrais pas rentrer de nuit. »

1 commentaire:

  1. Merci pour ce petit parler local.
    Ça fait du bien.

    RépondreSupprimer