mardi 18 mars 2014

Astérix chez les Pictes. J.Y. Ferri, D. Conrad

Le 35° album de la série  aux tirages multimillionnaires a-t-il encore quelque parfum ?
Cette fois les deux gaulois, dont on n’apprend plus rien en dehors de la susceptibilité du gros, raccompagnent Mac Ollock en Ecosse où il doit retrouver sa belle Camomilla.
« - Ma fragile, ma transparente, ma légère, ma gracile, ma subtile, mon infime, ma ténue, mon aérienne, mon éthérée, ma frêle, ma fluette, ma menue, ma translucide »
- Il reparle »
L’irréductible village breton en hiver est sympathique et les femmes séduites par l’habitant de la Calédonie, un beau glaçon, amusantes, mais la séquence en terres humides manque de fraîcheur. Il y a bien un monstre du Loch Andloll, des lancers de troncs, des pictogrammes, des tissus à carreaux, des boissons au malt, et opportunément l’oubli d’une certaine radinerie, peu de surprises, de clins d’œil qui mettaient un peu de sel dans les grands premiers albums où grands et petits se régalaient.
 Cette fois il s’agit d’un surgelé pour menu enfant avec tous les ingrédients demandés dans la recette, mais sans personnalité : ces  pictes manquent de piquant.

1 commentaire:

  1. Bien d'accord avec toi: un album qui manque cruellement de folie.

    RépondreSupprimer